Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 13:51
La fin de "How I met your mother" ... pourquoi ?!?

La fin de la série a provoqué pas mal de discussion, certains défendant le choix des auteurs, les autres critiquant parfois vivement.

Je comprends l'intérêt de revenir au commencement de la série, de finir sur Ted, avec le Cor Bleu, devant l'appartement de Robin, pour reprendre l'histoire d'amour qui n'a jamais pu être. Je comprends aussi pourquoi ne pas faire vivre l'histoire Barney/Robin, avec des personnages aussi opposés (et puis pas facile de faire revenir Ted vers Robin si elle est toujours mariée avec Barney).

Personnellement, ce qui pourri cette fin, ce qui la rend mauvaise (avis perso hein), ce qui fait que je ne la regarderai pas deux fois (à l'inverse d'autre fin, comme celle de friends), c'est le décès de la "Mère", Cristin Milioti jouant Tracy McConnell. Ce personnage est un ange de sagesse, de gentillesse et d'humanité. Drôle, elle apporte une fraîcheur à la série, au point que le seul bon épisode de la saison 9 soit celui où elle est le centre de l'histoire.

Et là, bam, en 2min30 elle est dégagée par une maladie. Au revoir, sans une larme, sans une douleur. Celle que la destinée a pointé à Ted (avec toutes les occasions manquées, le parapluie, etc.), celle qui mérite tant d'amour et de bonheur, est la seule à être "sanctionnée" par une mort anticipée.

En plus, alors qu'elle était clairement "the one", l'unique, Ted va convoler sur le tard avec Robin ... je suis peut être un peu conservateur, mais je trouve cette glissade trop rapide, presque insultante.

Les Inrocks ont parfaitement résumé ce dernier épisode : "Malheureusement sur 24 épisodes, 23 d’entre eux ont majoritairement consisté à relater le mariage incongru de Barney et Robin. Une histoire simple étirée sur neuf années donc, et un simple mariage sur 23 épisodes censés résoudre à la base de nombreuses intrigues antérieures. Il n’en sera bien sûr rien. Pire : avec son épisode final, HIMYM laisse son spectateur abandonné sur le bord de la route, sûr d’une seule chose : ces 23 épisodes n’auront servi à rien. L’événement capital de la saison sera soldé par un divorce, le but de la série (la fameuse rencontre) par un décès, les chassés-croisés innombrables entre Ted et sa future femme expédiés et racontés en trente secondes sous un parapluie jaune, et les personnages, autrefois chéris, semblent figés dans le temps et incapables d’évoluer (Barney et son Bro Code a 40 ans passés, Robin femme esseulée attendant son prince charmant des années)… Drôle de happy end." Référence.

How I met Your Mother a été une bonne série, trop longue et à mon avis à la fin ratée. Il est dommage que ce goût amer me reste en bouche, quand tant d'autres séries ont réussi à s'éteindre avec grâce.

Repost 0
Published by darkape - dans Films
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 11:22

 

Hunger games 2 : L'embrasement

 

hunger-games-2-catching-fire-est-tres-attendu

 

Lecteur d'Hunger Games, j'étais allé voir le premier opus à sa sortie. La séance était plaisante, le film collait bien au livre et les acteurs étaient assez efficaces. En tout cas, l'ambiance post-apo et nouvelle Rome étaient parfaitement restaurés.

 

C'est avec une certaine appréhesion que je suis allé voir le second opus, parce que les trilogie, c'est facile à planter après un bon début.

 

Et là, très bonne surprise. Le second film, embrasement, est bien meilleur que le premier. Le film est toujours aussi fidèle au livre, l'ambiance est pluspesante, plus réelle. Le spectateur est plongé dans l'hypocrisie de Panem, dans le choc entre districts et Capitol, dans la destinée sans issue de Katniss. Les acteurs sont bons, les rebondissements nombreux et, évidemment, le cliffhanger final laisse l'eau à la bouche.

 

Pour moi, un sans faute. C'est un film que je reverrai volontier.

 

Le vrai défi est à venir : comment faire un troisième film aussi bon, aussi rythmé, sans tomber dans le film de guerre bête et méchant, et surtout en sachant prendre ses distances avec le livre, qui est un des moins réussi de la série.

 

A suivre donc.

Repost 0
Published by darkape - dans Films
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 11:46

 

Luc Besson ne fait pas que de grand films, il produit aussi des films moyens au scénario contestable. Parlons ainsi de "sa" Jeanne d'Arc" :

 

 

Ce film de 1999, où pendant 2h40 Milla Jovovich représente la Sainte Pucelle, est une déception sur beaucoup de points.

 

 

 

D'une part, l'Histoire choisit par le scripte n'arrive pas à se décider entre mysticisme et réalisme. L'histoire de Jeanne d'Arc est confuse, par les enjeux historiques de l'époque (guerre de cents ans) et les enjeux historiques postérieurs où son image, son exemple a servi à incarner à la fois la folie, la duperie, mais aussi la foi et la nation française victorieuse (et catholique). 

 

La "vraie" histoire de Jeanne d'Arc serait donc fastidieuse à raconter, ressemblant à un documentaire historique.

 

Ceci posé, on s'attend donc à un angle d'approche soit mystique (supposant la réalité des missions de Jeanne) soit un des scénarios réaliste (Jeanne n'a pas eu de vision, mais soit elle était une pieuse qui s'est trouvée inspirée, soit elle est une création de toute pièce de propagande, etc.).

 

Or, Besson n'a pas choisi. Il a mis de tout dans son film. Des visions divines, des miracles guerriers, des scènes de folie furieuse, des scènes soutenant que Jeanne était allumée et agissait par vengeance de son traumatisme (et du nôtre) de début de film ... in fine, on ne sait à quel Saint se vouer ... Je suis donc resté sur ma faim.

 

 

 

D'autre part, ce film apparaît comme gratuitement sanglant. Les têtes explosent, les membres volent, le sang coule par barriques ... sans que celà fasse avancer l'histoire. Certes, cette violence permet une scène qui place Jeanne, pieuse dans l'oeuvre de Dieu, face à ses contradictions : comment un Dieu de paix et d'amour pourrait il lui ordonner une guerre aussi vile ...

 

Cependant, ceci n'explique pas la scène de meutre/viole/nécrophile du début du film (ne cherchez pas à rayer la mention inutile, il n'y en a pas).

 

 

 

 

Luc Besson nous sert une version médiévale et héroique du 5ème Elément, sans Bruce Willis et sans le génie qu'il avait mis dans ce chef d'oeuvre. Dommage, car le casting est très bon, le film étant fourni en acteurs doués qui prennent manifestement plaisir à cette reconstitution historique et à se ballader en armure.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Darkape - dans Films
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 14:19

J'ai eu l'occasion de voir le film "Cheval de Guerre". A priori, il s'agissait de l'histoire d'un cheval (ouah !) embarqué dans la première guerre mondiale qui après moultes aventures rentre chez lui.

 

chev

 

Bon, soit, pas mon genre de film, mais pourquoi pas.

 

Cependant, cette oeuvre ne restera pas dans les annales du cinéma.

 

 Tout d'abord, c'est un film qui se traiiiiine. 2h20 l'histoire du canasson, et pourtant il y a pas vraiement de grand suspens, d'énorme retournement de situation, sans parler de prises de vue super attendues et parfois raccoleuses, notamment la prise finale avec un ciel orangé style Hawai où se découpe la forme de notre cheval et de son cavalier ... dans le Devon ?!?

 

 Ensuite, c'est un scénario bien lourd qui tâche. Pas de suspens, une intrigue de la taille des cordages d'un trois mâts, un cheval anthropomorphé à l'extrême, une suite d'évènements improbables. On donne un copain à notre héro, puis on le retire de l'histoire (normal, faut faire pleurer), on fait bien souffrir l'animal ...

 

 Je suis en général bon public, mais avec ce film je me suis à plusieurs reprises demandé si j'aurai pas mieux fait de m'occuper de la vaisselle ... Seul point un peu positif, la reconstitution assez réaliste de l'enfer des tranchés, du no man's land ainsi que de la boucherie sans nom de la guerre 14/18. Bon, assez réaliste parce que notre héro, le jeune homme comme le cheval, va traverser ledit no man's land en courant face à des mitrailleuse et s'en tirer sans balle dans le buffet. 

 

Conclusion : pour ceux qui aiment les chevaux, regardez plutôt la chaîne TV équidia, et pour les amateurs de première guerre mondiale, vous trouverez mieux en regardant "Un long dimanche de fiancailles".

Repost 0
Published by Darkape - dans Films
commenter cet article

Présentation

  • : Liber Darkape
  • Liber Darkape
  • : Infos plus ou moins importantes à caractère ludiques, jeux vidéo PC, Wargame (Warhammer et Warhammer 40k)
  • Contact

Rechercher